Graminées et associées

___

Chionocloa rubra

Famille : Poaceae

Rusticité : zone

C’est une graminée qui se développe dans les zones sableuses et marécageuses de Nouvelle-Zélande. Bien souvent de l’ordre de 1 x 1m, cette grande herbe peut tout de même atteindre une taille plus importante sans pour autant surcharger la vue. Dans la nature on la retrouve en masse dans des paysages mêlant Phormiums et Leptocarpus et Chionocloa rubra à perte de vue. Cependant on retrouve également cette plante de manière isolée dans les aménagements. Dans cette dernière configuration elle a le mérite de s’imposer et d’attirer le regard, mais quand on a la chance de l’admirer dans son milieu, feuilles au vent, elle nous renvoie un sentiment d’infini et de volupté (vidéo Southern circuit 2). La couleur des feuilles un peu rougeâtre (cf. rubra) et la floraison scintillante sont aussi très jolies et rajoutent quelques pointes de couleur à la scène.

___

Cortaderia richardii

Famille : Poaceae

Rusticité : zone

Assez proche de sa cousine américaine plus connue sous le nom d’ « herbe de la pampa », cette plante est cependant plus discrète et plus raffinée. La structure de la plante est assez semblable, puisqu’elle présente des feuilles qui restent basses et retombantes, en opposition aux hampes florales hautes et érigées. Cependant l’ensemble de la plante reste dans des proportions beaucoup moins massives que celle que l’on rencontre déjà dans nos jardins. Elle très appréciée dans les aménagements paysagers de Nouvelle-Zélande, qui n’égalent tout de même pas la beauté des paysages naturels où l’on peut l’apercevoir. Elle se sème souvent le long des routes et des cours d’eau donnant alors l’impression au voyageur d’être entouré et encouragé par des centaines de supporters qui agiteraient des fanions blancs, en réalité malmenés par le vent. Dépendant des goûts et des couleurs de chacun, Cortaderia richardii peut se planter dans de nombreuses configurations, mais il ne faut pas oublier la nature de cette plante, qui se plait mieux en fond de scène plutôt qu’à jouer les premiers rôles.

___

Desmoschoenus spiralis

Famille : Cyperaceae

Rusticité : zone

Petite graminée du littoral néozélandais, cette plante qui se cultive très bien en pépinière, est assez menacée dans son environnement naturel par la destruction de son habitat et la compétition avec l’Oyat.

Cette graminée est très colorée. D’un vert pâle à la base des feuilles, ces dernières se teintent de jaune et d’orange vers l’extrémité, ceci dépendant également de l’éclairement reçu par plante. Cette plante peut former d’importantes colonies et la chaleur de son feuillage attire naturellement le regard du promeneur. Mais en plus de son feuillage, la floraison et la fructification sont esthétiques. Les graines orangées s’enroulent en torsade autour de la hampe florale (comme peut le faire penser son nom), qui se dresse légèrement au dessus de la plante. Comme dans la nature, cette plante s’apprécie surtout en masse mais dans un cadre épuré tant la couleur et les formes sont belles. Elle trouvera également toute sa place en bord de mer ou dans un sol sableux.

___

Gahnia procera

Famille : Cyperaceae

Rusticité : zone

Cette graminée en tant que telle, possède de nombreux atouts. Tout d’abord, son feuillage tranchant, assez épais, et d’un vert clair pouvant rejoindre l’orangé, lui donne une petite touche archaïque. La base sombre des feuilles (gaine) contraste bien avec le reste de la plante et les feuilles sèches qui s’amassent au pied au fur et à mesure du temps peuvent conduire à la formation d’un promontoire, lui conférant alors des allures de trône royal. Le port de la plante est assez érigé mais l’extrémité des feuilles fine et retombante lui donne souplesse et légèreté, ce qui balance l’aspect imposant et touffu de la graminée. Un autre aspect, et non des moindres, ayant façonné l’esthétique de cette plante, réside dans ses inflorescences que l’on peut apercevoir toute l’année. Elles ponctuent et dynamisent alors l’ensemble de tâches noires et orangées, et la hampe florale, qui tombe sous le poids des graines, renforce le port singulier de la plante. C’est une très belle plante qui a également la faculté de donner un aspect sauvage et vierge à l’endroit où elle est plantée.

___

Carex secta

Famille : Cyperaceae

Rusticité : zone

Quelle ne fut pas ma surprise en apercevant cette plante pour la première fois ! Je me rappelle avoir été attiré par le dessin et la description de ce carex en feuilletant le guide des plantes de Stewart Island à la recherche des trésors de l’île. Le dessin représentait une graminée surmontée par un stipe qui lui donnait alors une allure d’un tout autre genre se rapprochant bien plus des agavacées des brousses australiennes (type Xanthosoma) qu’à un Carex des tourbières de Nouvelle-Zélande. La description me donnait alors plus d’informations sur cette drôle de graminée belle et bien « arborescente ». Son milieu de prédilection étant les marais ou tourbières, la plante s’élève ainsi pour éviter la submersion en cas de changement brutal du niveau de l’eau.

Un jour de travail comme les autres, nous avions à parcourir une tourbière à la recherche de Berbéris, quand soudain au milieu des sphaignes dorées s’érigeaient devant moi, rassemblées telle une tribu, une vingtaine de petite touffes dorées par les doux rayons de soleil matinaux (les feuilles à la cyme du stipe faisant penser à des têtes, son nom vernaculaire anglais étant toujours « niger head grass »). Des petits, des grands, des touffus, des rachitiques, les plants se situaient tous non loin les uns des autres, sans doute par peur de casser la vie de famille. Je m’approchais alors doucement pour m’installer au sein du clan passant ma main dans les cheveux des petits et des grands qui m’arrivaient parfois plus haut que la taille. Les présentations faites je retournais à ma tâche, mais pour sûr je repasserai les voir, avec un peu de chance ils n’auront pas bougé !

 ___

Uncinia rubra

Famille : Cyperaceae

Rusticité : zone

 C’est une petite graminée que l’on peut rencontrer au hasard d’un chemin en forêt. Elle aime les zones dégagées, comme les zones un peu ombragées. Comme nous l’évoque subtilement son nom, les feuilles de cette herbacée sont d’un rouge pourpre qui à tendance à foncer vers le bordeaux selon l’exposition au soleil. Le genre Uncinia est assez vaste et compte d’autres plantes intéressantes aux couleurs et formes variées, la plupart de ces plantes restant cependant assez basses. Uncinia rubra se présente donc comme la fervente représentante de ce genre méconnu. Elle trouve facilement sa place dans les jardins et elle pourra surprendre par l’effet de contraste, tout en se limitant à un détail, lorsqu’elle est plantée en massif, faisant alors ressortir la beauté des feuillages verts qui l’entourent.

___

Leptocarpus similis

Famille : Restionaceae

Rusticité : zone

Voici une plante de la famille des Restionaceae à l’allure si particulière (encore une !). L. similis pousse dans des endroits humides voir inondés en permanence (bord de rivières et mêmes estuaires), ce qui en fait une plante assez résistante au sel. La plante est constituée d’un rhizome, ce qui la rend assez facile à diviser. Elle peut pousser jusqu’à un mètre de haut et la tige aérienne est constituée de plusieurs parties imbriquées les unes dans les autres rappelant ainsi notre bonne vieille prêle (Equisetum hyemale). La tige brune orangée lui donne tout de même un aspect bien différent de notre prêle, et le cortège de fleurs (femelles) rouges-rosées pliant d’un même élan sous le poids du vent, nous donnent alors l’impression de chavirer doucement sur ces vagues colorées. Tout simplement magnifique !

___

Empodisma minus ou Caloprophus minor

Famille : Restionaceae

Rusticité : zone

Toujours chez les Restionaceae, elle est donc un des 3 genres rencontrés en Nouvelle-Zélande.  Plus petite que sa cousine L. similis, elle forme des tapis de vert-orange qui en font une jolie plante de masse. Les très petites fleurs couleur crème se remarquent cependant assez bien pendant un temps assez bref sur les fleurs mâles. C’est une plante intéressante pour tous les amateurs de Restionaceae, qui permet également d’ajouter un peu de verticalité au jardin grâce à ses petites tiges érigées.

___

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :