Plantes de rocaille

___

Disphyma australe

Famille : Aizoaceae

Rusticité : zone

Elle pousse sur les littoraux rocheux où elle forme des tapis verts qui serpentent sur la roche. Le vent et les tempêtes sont pour elle le moyen de se multiplier, en dispersant des fragments le long des falaises ou au gré des vagues pour ceux qui n’ont trouvé point de chute le long de la roche. Cette plante ressemble beaucoup aux autres plantes de la famille des Aizoaceae, tel le Delesporma qui colonise les rocailles et les murets des jardins de l’INHP. Les fleurs de cette petite plante grasse sont blanches et raffinées, et elles se marient très bien aux roches volcaniques des Catlins faisant ressortir les formes et la couleur brune-lave de la pierre.

___

Pimelea lyalii

Famille : Thymelaeaceae

Rusticité : zone

On retrouve cette petite plante aux allures de succulente sur les espaces dunaires qui n’ont pas été colonisés par les Oyats. Elle se développe sous forme de petites touffes vertes pâles au ras du sol. Les inflorescences blanches et un peu poilues apparaissent au début de l’été (novembre) ; elles soulignent les couleurs glauque et marron de la plante, moins vives mais donnant une impression de tranquillité et de sérénité profonde à cette espèce évoluant dans un milieu rude et sans cesse remanié. Cette plante est très discrète mais les tapis peuvent aussi recouvrir plusieurs mètres carrés de dune. Elle se multiplie assez bien et assez vite dans son milieu naturel par l’action du vent disséminant les graines et des parties de plante qui, une fois recouvertes d’un peu de sable, reforment très vite des racines et de nouveaux individus. Cette plante pourrait être intéressante en rocaille dans des zones aux hivers doux. La plante apprécie un substrat très drainant, dans le cas contraire ses chances de survies sont limitées.

___

Donatia novae-zelandiae

Famille : Donatiaceae

Rusticité : zone

Cette petite vivace pousse dans les zones subalpines et alpines des reliefs néozélandais. Ce sont des milieux souvent tourbeux, froids et sans cesse balayés par le vent. Tout ceci explique la physionomie de cette plante que l’on retrouve presque partout une fois en altitude. Cependant cela ne lui enlève pas le charme de sa floraison. En effet les feuilles très particulières de cette plante minuscule se développent de manière concentrique (rosette) autour du bourgeon central, ce qui lui confère une bonne protection contre les intempéries. Pendant l’été on peut alors voir surgir du cœur de la plante des fleurs crème qui en mesurent presque le double. La floraison rend alors ces tapis, habituellement verts sombres, aussi lumineux qu’un ciel étoilé. C’est donc une très jolie plante qu’il est toujours très excitant de voir fleurir. Sa culture nécessite sûrement beaucoup d’humidité, mais sa résistance au froid et aux intempéries est sans doute à toute épreuve.

___

Gentiana saxosa

Famille : Gentianaceae

Rusticité : zone

C’est une petite gentiane que l’on retrouve dans les mêmes conditions que Crassula moschata, même si celle-ci semble tolérer des substrats moins drainants. C’est encore une plante format réduit, mais qui ne manque pas de charme. Ces feuilles courbées sont d’un pourpre généralement très foncé lorsque la plante se trouve en plein soleil. En plus du port discret et stylisé de la plante, les fleurs sont également très jolies. D’un blanc marqué, elles contrastent très bien avec le feuillage pour former un tout très ornemental. Le seul inconvénient, s’il en est un, est sa petite taille. Elle peut tout de même trouver une très belle place dans une rocaille ou un jardin de type littoral.

___

Salicorna australis

Famille : Chenopodiaceae

Rusticité : zone

Cette petite salicorne apprécie comme ces congénères les milieux littoraux. En Nouvelle-Zélande on la retrouve essentiellement sur les falaises exposées aux embruns. Cette plante n’est pas endémique et semble présente dans tout le pacifique sud. Elle ressemble aux autres salicornes mais sa petite couleur bleu-verte en fait une plante assez jolie surtout lorsqu’elle pousse sur une roche ou un substrat de couleur foncée. La texture assez rigide de la plante en fait également une plante agréable à toucher. Une plante simple mais efficace !

___

Raoulia hookeri et Raoulia goyenni

Famille : Asteraceae

Rusticité : zone

Nous terminons cet article avec le genre Raoulia qui est assez surprenant. Ce sont des plantes « cailloux » un peu au même titre que nos amis les Lithops. En effet quand on observe de plus près ces êtres mystérieux, on peut alors discerner des colonies de tiges denses et serrées sur lesquelles les minuscules feuilles sont étroitement imbriquées. Cette technique rappelle peut-être  à certains la stratégie mise en place par les manchots empereurs qui se serrent les uns contre les autres jusqu’à ne faire plus qu’un, leur permettant ainsi d’économiser leurs forces pendant l’hiver. Mais si cette plante doit faire face au vent et au froid elle doit également résister aux rayons directs du soleil, et cela grâce à sa couleur blanche-glauque, qui lui permet de se confondre si bien avec les rochers qui l’entourent. Ces plantes aiment donc les milieux difficiles (espaces dunaires pour R. hookeri et alpins pour R. goyenii) qui, force de patience et de temps ont réussi à sculpter ce végétal pour lui donner cette allure si particulière.

___

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :