Arrivée à Nouméa

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ca y est, après une traversée en avion assez rapide et un passage obligé au duty free, nous débarquons le 2 février 2012 à l’aéroport de Tontouta, à 50 km de Nouméa. Pourquoi si loin de la ville nous direz-vous ? En fait, c’est une sorte de réhabilitation, ou de requalification. L’aéroport est installé sur une ancienne base aérienne américaine construite au cours de la seconde GM, question pratique donc mais aussi de moyens. Pour parvenir à Nouméa, difficile de faire confiance au réseau de transports en commun, mais heureusement pour nous, Christophe, le maître de stage de Camille est venu nous chercher en voiture. Enthousiastes et le regard ébahi sur ce nouveau paysage, nous sommes ravis de pouvoir enfin revêtir shorts, T-shirts et claquettes comme on dit ici (mot se substituant aux traditionnelles « tongs »).

Pour les premières semaines (3 en tout), nous sous-louons l’appartement d’une collègue de Camille en attendant du sérieux. Ne pouvant nous héberger le soir même, nous ne faisons que déposer nos affaires et ressortons avec le minimum vital pour coucher à la belle étoile durant les quelques heures qui nous séparent de l’aube. Cela était sans compter sur la fin de l’été, et donc l’arrivée de la saison des pluies. En effet, malgré des températures agréables (25°C la nuit), le vent se lève et c’est bientôt la pluie qui vient nous sortir d’un sommeil léger. Abrités sous un faré (sorte de petite case sans mur), nous n’avions qu’une bâche, claquant sous les rafales de vent, pour nous réchauffer et nous abriter de la pluie. Après un départ tumultueux de Nouvelle-Zélande, nous faisons connaissance assez intensément avec la Nouvelle-Calédonie ! Mouillés, fatigués voir même « rincés » nous attendons avec hâte et pendant des heures interminables le lendemain synonyme d’abris et de repos.

Secs et reposés, donc, nous partons à la découverte de Nouméa et de notre futur stage. La ville est assez bruyante, les pickups et les voitures dernier cri laissent leur emprunte sonore à la ville. Après une longue ballade, nous nous rendons compte qu’il faut presque une heure et demie de marche pour nous rendre à nos stages respectifs ! Il devient donc nécessaire de trouver un moyen de locomotion : les vélos apparaissent comme l’unique solution réalisable (financièrement !).

En attendant de trouver, nous nous accommodons des longues heures de marche sous le soleil (même à 6h du matin il fait déjà bien chaud lorsqu’il ne pleut pas). Heureusement, certains collègues ont la possibilité de nous covoiturer de temps à autre, ce qui fait un bien fou à la tête comme au corps. Hormis tout cela, nous profitons de nos premiers petits déjeuners sous le soleil matinal (5-6h du matin ici), de petits apéros sympas en terrasse sous fond de coucher de soleil, de la mer à 28°C sur la baie de l’Anse Vata, et de nos premières mangues cueillies sur les nombreux arbres de la ville.

Une réflexion sur “Arrivée à Nouméa

  1. coucou les baroudeurs !!
    que de souvenirs vous aurez – même si ils ne sont pas toujours plaisants !!
    Félicitations pour votre site, et quel plaisir de voir cette flore et cette faune.
    merci pour ce beau voyage que vous nous offrez.
    Espère que vous aurez quelques « ponts » en mai et que vous pourrez profiter de l’île.
    gros bisous on pense fort à vous
    les dixo du bould’ach

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :