Découverte de la faune calédonienne

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il est vrai que l’on parle souvent des nos amies chlorophylliennes sur ce blog, mais la faune, bien que peu peuplée de mammifères, et très variée est assez particulière sur l’archipel calédonien. Un peu comme en Nouvelle-Zélande, on retrouve en Nouvelle-Calédonie de nombreuses espèces d’oiseaux endémiques et certains même emblématiques comme le Cagou (Rhynochetus jubatus), qui est l’animal totem du territoire. Moins connus par l’Homme mais tout aussi fascinante que la faune ornithologique, les reptiles et en particulier les geckos sont bien représentés sur les différentes îles. L’endroit le plus facile pour observer cette faune sauvage est sans doute le Parc Zoologique et Forestier Michel Corbasson. Et comme Pierre y passe le plus clair de son temps (lieu de stage), nous avons le droit à une visite un peu spéciale pendant laquelle nous avons la chance de câliner les Roussettes rousses (Pteropus ornatus), un des seuls mammifères natifs de l’île avec les autres espèces de chauves-souris. Ces petits renards volants ornés (Ornate Flyingfox en anglais), en raison de leur petit minois qui nous rappelle un peu son lointain cousin, sont des animaux frugivores et nectarivores. Ils jouent d’ailleurs un rôle essentiel dans la pollinisation et la dispersion des graines de nombreuses plantes endémiques (notamment les espèces cauliflores). Et c’est ainsi que nous avons pu faire la connaissance de « Qui-pue », une roussette moins timide que les autres !

_

Dans ce parc zoologique mais aussi botanique, le couvert végétal très présent nous immerge dans une ambiance forestière agréable, où nous passons devant des espèces ornithologiques aussi belles que rares au sein de la balade de la vallée des endémiques. Les Loriquets calédoniens (Trichoglossus haematodus ssp. deplanchei) et les Perruches de la chaîne (Eunymphicus cornutus) nous ravissent de leurs couleurs chatoyantes, alors que nous sommes enchantés de passer de l’autre côté des grillages qui nous séparent habituellement des oiseux en pénétrant dans la grande volière. Dans cet espace aux dimensions importantes (ce qui devrait être un minimum pour les espèces animales volantes), nous avons le plaisir d’apercevoir un couple de Cagous qui semble peu dérangé par notre présence, mais aussi de nombreuses autres espèces comme le Pigeon vert ou Ptilope vlouvlou (Drepanoptila holosericea).

Nous continuons cette marche à travers le parc à la rencontre de l’astucieux Corbeau calédonien (Corvus moneduloides) qui fabrique ses outils à l’aide de brindilles afin d’attraper sa nourriture (cf http://www.youtube.com/watch?v=QvfWiW27890), mais aussi des animaux sauvages du parc et des parcelles de forêt sèche à l’ambiance mystérieuse et tortueuse. Cette forêt de lianes et d’arbres tortueux adaptés aux faibles précipitations de la côte ouest est désormais réduite à 1% de la surface qu’elle occupait jadis. L’urbanisation, les incendies et l’élevage auront raison de cette forêt forte d’endémisme. Des efforts de préservation sur les sites où elle réside encore (comme au parc forestier) sont menés de manière poussée grâce à l’élimination des espèces envahissantes puis la replantation d’espèces pionnières. Des efforts de valorisation sont également déployés pour la création de sentiers de découverte des plantes et des paysages de la forêt sèche (stage Pierre, voir dessins). Avant d’avoir une politique orientée sur des espèces locales, le parc fut également un lieu d’exposition d’espèces ornithologiques emblématiques des autres continents, tels que le Paon, le Calao, des superbes perroquets aux couleurs vives et bien d’autres encore.

Le parc, situé sur les hauteurs de Nouméa, offre une vue imprenable sur la ville et le Mont Dore qui domine la baie à l’est.

Autre lieu, autre univers. Nous nous sommes aussi rendus à l’aquarium de Nouméa, espace de découverte de la faune et des écosystèmes du lagon. Le parcours nous fait découvrir la mangrove, espace de transition entre la terre et l’océan, qui purifie l’eau des rivières avant que celle-ci ne rejoignent les eaux limpides du lagon. En effet, les palétuviers, dont les Rhizophoras et leurs échasses, le genre Avicenia avec ses pneumatophores et les Brugiera, retiennent les éléments qui ruissèlent avec les pluies tombées sur la chaîne centrale de l’île. Les espèces les plus emblématiques de ce milieu sont les crabes qu’ils soient violonistes où accompagnés d’une petite sauce dans nos assiettes.

Au travers des larges vitres des différents aquariums la vie du lagon nous est présentée dans un décor où les formes, les couleurs des poissons et les coraux sont surprenants. Le circuit de la visite nous fait découvrir les bébés requins léopards nés en captivité dans l’aquarium, puis nous transporte dans le monde phosphorescent de coraux, avant de nous guider au fameux tricot rayé ainsi qu’aux bébés tortues à grosse tête.

Mais le spectacle est à son comble lorsque nous atteignons le bassin principal de l’aquarium et ses milliers de litres d’eau de mer ou grouillent de nombreuses espèces  du lagon, et notamment nos amis les requins à l’air si tranquille. La visite est surprenante, et permet à ceux qui n’ont pas la chance de plonger sous l’eau (tous ceux qui portent une paire de carreaux épais vous le confirmeront, n’est-ce pas Cam ?) de contempler ce spectacle unique. Enfin, la visite nous fera également passer dans les profondeurs des abysses à la rencontre des nautiles et des bêtes surprenantes qui vivent dans les profondeurs. Nous ressortons enchantés de cette longue apnée sous marine à la tombée de la nuit, le temps d’enfourcher nos bécanes et de profiter du coucher de soleil sur les baies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :