Cap sur le far far lointain !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Suite à ces formidables moments partagés à la tribu de Gohapin, nous voilà partis seuls, à la découverte du « far far away » nord de l’île. Notre première étape se fait à Koumac où nous espérons avoir la chance de visiter les grottes situées non loin de là. Arrivés sur place et après un petit repas, nous nous lançons à la recherche de l’entrée des grottes. La signalisation est moyennement claire et nous faisons fausse route sur un sentier nous amenant vers les hauteurs de ce massif rocheux. L’ambiance est assez spéciale et nous rencontrons un mystérieux chat qui semble vouloir nous montrer quelque chose. La vue est impressionnante, mais nous comprenons bien qu’il n’y a pas de grottes là haut et faisons marche arrière. Nous trouvons finalement l’entrée, mais l’heure un peu tardive et les batteries de nos frontales presque déchargées nous conseillent de continuer notre route. Un sentiment d’inachevé s’installe alors en nous, mais quelque chose nous dit qu’il en est mieux ainsi.

Nous poursuivons la route vers Poum, où nous trouvons un espace de camping à proximité de la mairie. Nous y rencontrons un villageois venu profiter de la connexion wifi de l’administration, et lui proposons de partager ensemble quelques cacahuètes et un petit jus ! On se croirait presque un jour de fête ! C’est l’occasion de discuter de la région, de la vie et des autres préoccupations de l’île avant de se laisser aller dans les bras de Morphée. La fièvre semble avoir quittée Pierre et le soleil rayonnant du matin nous réveille de bonne heure. Après quelques longs moments à émerger, nous empruntons la piste pour Poingam et la suite de l’aventure. Avec notre petite Twingo de location, c’est un peu le rallye de Nouvelle-Calédonie ! Mais la conduite toute en maîtrise de Camille (et la fiabilité des Renault, n’est-ce pas Jean-Pierre ?), nous amène à destination sans problèmes. Nous y sommes… La pointe Nord de la Grande Terre nous invite alors sur un sentier de découverte en cette matinée déjà chaude voire caniculaire. Nous croisons le long de cette marche toutes sortes de paysages, issus de l’élevage qui y était autrefois pratiqué, mais aussi des marais salins où l’on produit toujours un sel de qualité. Quelques mares composent également cet ensemble, et la visite est marquée ça et là de panneaux d’explications « faits maison », qui fignolent le décor. On y apprend le nom des oiseaux, des plantes, leurs utilisations, tout autant que la composition minérale des sols, ou l’histoire des paysages. On y croise également des chevaux sauvages et une ruche naturelle (dans un tronc d’arbre), bref un sacré condensé de trouvailles ! Après cela nous partons pique-niquer le long de « Boat Pass », point le plus au nord de la Grande Terre où scintille une eau turquoise parsemée de quelques îlots, dont l’île de Baaba qui nous fait face. Nous trempons les pieds et faisons un petit tour dans ce chenal qui semble bien plus profond quelques mètres plus loin.

Abandonnant ce paysage paradisiaque, nous reprenons la voiture en direction de la côte est. Nous traversons à nouveau les grandes terres rouges de savane à Niaouli dans lesquelles se déplacent librement les troupeaux de vaches calédoniennes. Après la piste, nous retrouvons la route et ses panneaux de signalisation parfois agrémentés d’un cadavre de cerf ! Plus loin nous traversons le Diahot à Ouegoa qui est le plus long fleuve de Nouvelle-Calédonie, avant d’atteindre les hauteurs, où s’ouvre devant nous un paysage grandiose annonçant notre arrivée sur la côte est. Nous trouvons un petit coin où passer la nuit le long d’une plage près de Pouebo, où l’on peut encore apercevoir des reliquats d’infrastructures réalisés pour l’accueil du tourisme. Le temps pour nous de monter la tente, de faire les fous sur la plage au soleil couchant et c’est parti pour une nuit rythmée par les rafales de vent qui font trembler la toile.

Le lendemain, nous reprenons le volant vers le sud en direction de Hienghène. Mais avant cela nous croisons la cascade Tao qui brille au milieu de la végétation luxuriante de la côte. Nous embarquons ensuite à bord du dernier bac de Nouvelle-Calédonie qui permet aux véhicules et piétons de passer d’une rive à l’autre de la Ouaième. C’est le dernier en activité, et c’est un peu l’animation du coin. L’instant est sympathique et original.

Encore quelques kilomètres de route et nous arrivons enfin à Hienghène, ville principale de la côte est en province nord. Nous faisons un stop près de la nouvelle mairie en construction dans un style à la fois simple et moderne, qui respecte les normes HQE (Haute Qualité Environnementale). Il est intéressant et surprenant de voir de telles initiatives dans les communes de Nouvelle-Calédonie ! Les roches calcaires noires en forme de sphinx et de poule ont fait de la région de Hienghène un site « phare » du tourisme dans l’île. Le port de plaisance très « occidental » dans son style et son utilisation, apparaît un peu étrange dans cette ville de tradition nationaliste qui a vu naître J-M Tjibaou. Nous faisons étape un peu plus loin à proximité d’imposantes résurgences calcaires qui semblent sortir de l’eau comme des couteaux aux pointes acérées, reliques du passé volcanique et de la formation mouvementée de l’île : les roches noires de Hienghène. Nous entamons un tour sur les plages après avoir pris le déjeuner sur un petit pont en bois. Les paysages nous rappellent ceux de la vallée des roches (Gohapin), avec la mer en arrière plan. Cette balade est l’occasion de chiner quelques beaux coquillages, mais aussi d’observer les Bernard l’Hermite, activité qui semble presque devenue une passion pour Camille ! C’est dans ce cadre grandiose que se finit cette rapide excursion dans le nord calédonien. La route si sauvage qui longe la côte est nous raccompagne vers les terres du sud, au rythme des petites bicoques sur le bas-côté de la route où l’on trouve tout ce qui se fait de beau et de bon en Nouvelle-Calédonie.

Une réflexion sur “Cap sur le far far lointain !

  1. A quand une super soirée rétrospective avec vos commentaires en live??? j’adore le passage du bac avec la chanson »le vent l’emportera  » en fond musical! super comme d’hab;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :